Salut amoureux des livres ! C’est Zoé !

C’est couché sur mon lit, en repassant des souvenirs lointains, que j’ai scellé le sujet de ce second article.

Le titre est coeur de mot ! Pourquoi ?

Cet article va s’intéresser à un personnage principal et pas des moindres : TAMARA !

Confidence :

Je me souviens sur mon lit de ce qui faisait partie des premiers commentaires que je reçus sur mon manuscrit. Je l’avais partagé sur l’un de ces nombreux forums de partages, pareil à Wattpad et j’eus mes premiers retours. Un d’entre eux me marqua plus particulièrement, il disait, en gros :  « qu’il n’y avait là pas grand chose » ( faut dire qu’ils n’avaient que les deux ou trois premiers chapitres). Un autre plus récent demandait qu’on puisse savoir plus de chose sur Tamara, car on du mal à s’attacher à elle.(seulement dans les premiers chapitres).

J’ai pris note de ces premiers commentaires. Pour moi c’est un privilège de pouvoir recevoir de ses lecteurs, leurs avis. Ce sont des pépites pour continuer et s’améliorer.

Alors, j’ai regardé mon texte, cherché à voir ce que je pouvais reprendre par rapport aux retours reçus. J’ai regardé et je n’ai pas trouvé à rajouter, au contraire, j’ai vu que mon texte était bien suffisant. J’ai pris le parti pris de ne rien changer.

Et aujourd’hui je prends le parti de vous conter l’histoire que je vous conte ! Car je trouve intéressant le retour de ces lecteurs et je voudrais vous faire découvrir les coulisses de la saga en partant de leur constat.

C’est vrais qu’on a peu l’habitude de récit commençant avec un chapitre 1 aussi court et surtout sur ce ton. En fait les dix premiers chapitres sont assez courts, (sauf le 6). Bien sûr, il existe des romans comme cela. Solstice paraît presque avare, avare d’informations. Du moins  en apparence… Voici le chapitre 1 :

«  Nous voilà seuls, à présent, et vous tenez entre vos mains mon journal nommé Solstice. Je ne pensais pas que ce jour arriverait si vite. Ce journal contient toute mon âme, ma vie, mes espoirs, mes rêves, mes désirs, mais aussi mes cauchemars, mes craintes, mes pleurs et j’en passe. Il en va de l’humanité et de son histoire. C’est pour vous dire combien sa valeur est grande.

Quand j’ai quitté ce monde, j’étais jeune. Si vous commencez à lire ce journal, je vous prie de le lire jusqu’au bout, car j’ai beaucoup à vous partager…

Mon nom est Tamara Black. »

Premier chapitre et boom, nous somme immergés d’emblée dans le vif du sujet par Tamara. Elle n’y va pas par quatre chemins et la raison en est simple : souvenez-vous, solstice est un journal, un journal intime sous forme de mémoire. Mémoire devant être intentionnellement lu et prévu pour ça, introduit par :

«  Nous voilà seuls, à présent, et vous tenez entre vos mains mon journal nommé Solstice. »

Nous n’avons pas un début tout calme, tout tranquille. Non, Tamara s’ouvre directement, comme s’il y avait une urgence, qu’elle devait tout dire et vite. D’ailleurs vous voyez qu’elle ne prend le temps de se présenter qu’à la fin !

En littérature on a ce qu’on appelle des débuts in media res. Je crois que le chapitre 1 s’apparente à cela, on se trouve déjà au milieu de l’action, en seulement 7 lignes ! Se trouver au coeur des choses, et là en l’occurrence au coeur des mémoires de Tamara Black :

«  Je ne pensais pas que ce jour arriverait si vite. Ce journal contient toute mon âme, ma vie, mes espoirs, mes rêves, mes désirs, mais aussi mes cauchemars, mes craintes, mes pleurs et j’en passe. »

De plus, Tamara nous met sur la piste d’une chose qui a et qui va motiver ses révélations, ses écrits, le pourquoi elle a fait ce journal. Quelque chose d’étrange , d’intrigant :  » Il en va de l’humanité et de son histoire. ».

Est-ce pour cela que Tamara semble si presser de se livrer ? humm (zoé intriguée).

Elle en rajoute sur le caractère impérative de ce qu’elle a à livrer en disant : « C’est pour vous dire combien sa valeur est grande. »

Aprés avoir annoncé le menue de son mémoire, nous avoir bien fait bouillonner d’impatience, elle en rajoute une couche : Si vous commencez à lire ce journal, je vous prie de le lire jusqu’au bout, car j’ai beaucoup à vous partager…

Et c’est seulement après tout cela qu’elle dit : Mon nom est Tamara Black.

 

Une intrigante entré en matière dans l’intimité de cette jeune femme qui semble vouloir nous partager tout ce qu’elle a et tout ce qu’elle est : «  Ce journal contient toute mon âme, ma vie, mes espoirs, mes rêves, mes désirs, mais aussi mes cauchemars, mes craintes, mes pleurs et j’en passe. »

Cette première partie est terminée. Vous l’aurez compris, je tenterai chers lecteurs, de vous ouvrir les coulisses de la saga Solstice, saga au coeur du temps, en vous dévoilant le coeur des personnages qui la peuple.

C’est vrais que dans mon exposé, je donne à Tamara une teneur, comme si elle existait. C’est voulu. Tamara n’existe pas en tant que tel, c’est un personnage de fiction, mais il y a des « Tamara » dans le monde.

Je voulais vraiment vous ouvrir cet univers en donnant de la consistance au personnage.

J’espère que cet article vous a plu. A bientôt pour la suite, pour découvrir encore plus Tamara dans le chapitre 2.

×
×

Panier